Accueil Cosmogonie Le récit Mvett

Le récit Mvett

10 min lues
0
0
379

Le Mvett est le récit des quatres fils d’Ekang Nnang : Evine, Oyono, Meye et Ngame. De la déscendance d’Evine l’aîné, nait Akoma Mba, celui qui le premier découvrit l’immortalité.  De la descendance d’Oyono, naît Angone Endong. De la descendance de Meye naît Ntoutoume Mfoulou.  Ekang Nnang a également une fille : Okome. Elle a  pour surnom Ada Ngone. Elle a pour premier fils Oyono Ada Ngone.  Ce dernier reçoit la révélation du Mvett au début de l’immigration du peuple fang.

Oyono Ada Ngone quitte Engong et vient vivre auprès des Fangs (le groupe Etone) où il leur apprend le Mvett : le récit de la descendance d’Ekang Nna. Il est considéré comme étant la personnification de l’homme fang. Son archétype.

Le Mvett est un texte transmis par l’intermédiaire d’un maître puis reçu en enseignement direct par rêve. Parmi ceux qui l’on reçu, il y a Nzue Nguema de la douzième génération des chanteurs du Mvett après Oyono Ada Ngone. Et Tsira Ndong Ntoutoume de la trezième génération.

Le Mvett est un récit en deux parties. La première est un ensemble préalable à la compréhension du récit proprement dit. On y parle de généalogie, de cosmogonie. La deuxième partie concerne le récit à proprement parler.

1. Le récit cosmogonique et la révélation du Mvett :

Oyono Ada Ndong tombe dans un coma de plusieurs jours. Il entre dans le vide. Puis entend un nom. C’est celui d’Eyô.  Eyô parle. Il demande aux Fangs de marcher vers l’Ouest jusqu’à la grande forêt à côté de l’océan là où se croisent les trois arbres (le medzap, le mendok et l’abem). Après les directives sur le voyage et le don de la terre, Eyô déploie le récit cosmogonique.

1.1 Vision du commencement.

Au commencement il y a le néant. Du néant sort un œuf de cuivre à quatre faces (une boule lumineuse similaire à un œuf de couleur or, cuivre, or cuivre). C’est Aki Ngoss. L’œuf de cuivre.  Il émet une chaleur insupportable et une lumière aveuglante.  Aki Ngoss grossit démesurément, devient incandescent puis explose en d’infinies particules étincelantes.  L’explosion donne des galaxies, le vide galactique, le ciel,  les nébuleuses, les constellations.  Des nébuleuses naissent les cinq esprits. Le cinquième esprit, Mebeghe Me Kwa engendre trois autres esprits : Nzame Yo Mebegue (le dieu d’en haut, de la terre et du souffle),  Kwa Mebeghe (dieu des immortels, du peuple d’Engong), Zong Mebeghe (dieu aux multiples attributions, de la répression contre les mauvais esprits).  Zame Yo crée le monde, Mot et Mininga (l’homme et la femme). Mot reçoit Nsissim (l’esprit du ciel qui retourne au moment venu au ciel). L’homme est matière (megnoung) et immatière (ndzang).

2. Le récit mvett proprement dit : 

Zong Midzi Mi Obame du pays d’Oku se croit le seul détenteur du souffle de vie. Il apprend que Angone Endong Oyono du pays d’Engong détient également ce souffle.  Zong Midzi décide de combattre Angone. Il lui fait savoir qu’il le tuera. Angone projette d’aller au devant de  Midzi répondre au défi. Mais sa nièce Nkoundang est amoureuse de Zong Midzi. Elle demande à son oncle de l’épargner et de lui accorder de l’épouser. Angone accorde huit jours à sa nièce afin qu’elle épouse l’homme qu’elle aime.  Si au-delà de huit jours elle ne l’a pas épousé, Angone tuera Zong. Anzang Assoumou, mère de Nkouandang et sœur d’Angone, accompagne sa fille dans sa quête. Celle-ci est convoitée tout au long du chemin par les jeunes des tribus voisines. Elle cède pour une seule nuit au charme de Nsoure Afane Obame. Ce dernier veut épouser Nkouandang. Celle-ci refuse car elle aime Zong Midzi qu’elle n’a jamais vu et qu’elle aime de réputation. Zong Midzi est réputé avoir plusieurs femmes. Sa préférée est Essone Ebang. Avec cette dernière, il va à la rencontre de Nkouandang afin de connaître ses intentions. Zong Midzi et Essone Ebang croisent le chemin de Nkouandang, de Nsoure Afane Obame (qui espère épouser cette dernière) et d’Anzang Assoumou. Lorsque Zong Midzi apprend que Nkouandang est la nièce de son ennemi Angone Endong, Zong Midzi la tue. Pour venger sa maîtresse, Nsoure Afane Obame tue la femme de Zong, Essone Ebang. A l’aide d’un fétiche Nsoure Afane s’envole vers Engong emportant sa belle-mère et les têtes des deux victimes. Les habitants d’Engong lui demandent des comptes et décident de le tuer afin qu’il ne divulgue pas avoir vu couler le sang d’un immortel. Nsoure Afane s’échappe et part à la poursuite de Zong Midzi. Les six meilleurs guerriers d’Engong le suivent et combattent chacun contre Zong Midzi à l’aide des talismans et des fétiches. Après des combats extraordinaires, Zong Midzi meurt de la main d’Akoma Mba.

 

D’après Un Mvet de Nzwe Nguema, Récit fang du Gabon recueilli par H. Pepper.

Tsira Ndong Ntoutoume, L’homme, la mort et l’immortalité.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par briska
  • Les Fangs, un peuple matriarcale ?

    La troisième génération est l’expression de grands bouleversements sociétaux. La tro…
  • Fangs forgerons

    Le marteau, le roc et le fer : le Mvett

    Déclamé pour la première fois par Oyono Ada Ngone, le Mvett est un récit qui dit la confro…
Charger d'autres écrits dans Cosmogonie

Consulter aussi

Les Fangs, un peuple matriarcale ?

La troisième génération est l’expression de grands bouleversements sociétaux. La tro…