Énervé

2 min lues
0
0
984

« Et il est bien vrai que cette production poétique libératrice d’énergies a souvent valeur de symptôme, de signe avant-coureur de l’effondrement d’un régime dont on ne s’aperçoit pas encore qu’il ne tient qu’à un fil ».

Berrada, Mohamed, Sonia Dayan-Herzbrun, et Nicole Gabriel. « Présentation », Tumultes, vol. 19, no. 2, 2002, pp. 5-7.

Énervé dans Brice Levy Koumba 51kuZnS006L._SX331_BO1,204,203,200_

La table

C’est nous qui la ferons

Taillée à notre mesure

Chacun aura sa place c’est sûr

Pour l’instant nous souffrons encore

De n’avoir pas été convié

Au festin de la vie, tout pris, réservé

Nous sommes les oubliés, ceux qui viennent

Grignotent les miettes d’un gâteau

Où tout le monde aurait

Normalement eu sa part

Appelés à manger les restes

On doit se les partager

Si l’on veut se maintenir

Espérer le changement

Et l’avènement du banquet plein de copiosité

Où chacun aura le sourire

Non pas celui de la résignation

Mais celui de la gaieté dans la satiété

A notre honneur la fête sera célébrée

Le vin coulera à flot

Parce que notre sang, il aura coulé à flot

Nourriture, sacrifice qui entretient

L’espoir d’un monde meilleur

 

 

 

 

 

 dans Brice Levy Koumba

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par briska
Charger d'autres écrits dans Brice Levy Koumba

Consulter aussi

Dialogues et Nouvelles

                                                                                     Un pè…