« La figure du monstre-tyran est connue de toutes les mythologies, traditions, légendes- et même cauchemars – du monde. Ses caractéristiques sont partout essentiellement les mêmes. C’est l’accaparateur du bien commun. C’est le monstre avide des prérogatives insatiable du « mien » et du « moi ». Les mythologies et les contes de fées montrent que les ravages qu’il cause s’étendent à tout l’univers en son pouvoir. Ceux-ci peuvent se limiter à ses proches, à sa propre psyché torturée, ou aux vies qu’il brise au contact de son aide ou de son amitié; ou bien encore ils peuvent s’étendre à toute une civilisation.

Le développement abusif de l’ego du tyran est une malédiction, pour lui et pour la société dans laquelle il vit- aussi prospères que puissent sembler ses affaires. Terrorisé par lui-même, traqué par la peur, en perpétuel état d’alerte et prêt, par avance, à repousser les agressions de son entourage- qui sont essentiellement le reflet en lui-même de ses propres impulsions incontrôlables d’acquisition -le géant de l’autarcie personnelle est un porteur de désastre à l’échelon du monde, quelque humanitaires que soeint les intentions dont il berce son esprit. Où qu’il porte la main, il arrache un cri [...] un cri d’appel vers le héros rédempteur, vers celui qui brandira l’épée fulgurante dont l’apparition, l’intervention, la possession libéreront le pays.

[...] Comme le dit le professeur Arnold J. Toynbee, dans sa volumineuse étude des lois qui président à la grandeur et à la décadence des civilisations, le schisme de l’âme, le schisme du corps social ne trouveront pas leur solution dans un retour au bon vieux temps (archaïsme) ou dans des programmes qui garantissent un futur utopique (futurisme), ni même dans l’effort le plus réaliste, le plus pratique, pour reconsolider les éléments qui se désagrègent. Seule la naissance peut vaincre la mort – non pas la renaissance de quelque chose d’ancien, mais la naissance de quelque chose de neuf ».

Joseph Campbell, le héros aux mille et un visages, Editions Oxus, 2010, p.31-32.

Consulter aussi

Au bout du silence et le Mbumba yano

Si les initiés gardent le silence à propos des symboles essentiels que présente le roman d…