Présentons quelques lois essentielles de la littérature à partir de la méthode de Iouri Tynianov. Né en 1894 et mort en 1943 Iouri Tynianov est membre de la Société pour l’étude du langage poétique. Face à la question de savoir si la littérature est langage, psychologie ou sociologie, Tynianov répond que la littérature n’est ni langage, ni psychologie, ni sociologie. Ces derniers ne sont que des matériaux que la littérature utilise et transforme. Pour Tynianov, la littérature est construction. Elle est régie par un principe dit constructif.

Pour comprendre la méthode de Tynianov, il apparaît nécessaire d’assimiler la distinction entre matériau et procédé.

Dans « Les lois naturelles de la littérature » Novikov (1994), « Le matériau est toute la réalité qui préexiste à l’œuvre d’art ». Mais cette réalité n’accède au rang de matériau que si elle intègre l’oeuvre d’art de par le principe constructif à savoir le procédé. Le procédé est le facteur esthétique. Il renvoie au style, à la forme, à la construction, à la poétique.

Découverte par les formalistes russes, l’opposition entre matériau et facteur constructif, est une loi naturelle de la littérature et constituerait l’essence même de l’art. Aussi pour Novikov, « L’antithèse du matériau et du procédé est un modèle dynamique qui reflète le processus même de création des œuvres d’art ».

Le matériau est tout ce qui dans le poème, se trouve ailleurs que dans l’art (les phénomènes naturelles, les états psychologiques, les objets concrets…, la langue). En littérature, la langue est le matériau le plus actif. Elle construit et organise les autres matériaux.

Outre la loi de la dichotomie entre matériau et procédé, entre données et écriture, Tynianov décèle huit lois littéraires. Nous en rapportons trois.  Ce sont :

1. La loi du conflit : C’est le moteur principal de l’évolution littéraire. « Toute évolution littéraire est avant tout conflit, destruction de l’ancien système et nouvelle construction à partir d’éléments anciens ».

2. La loi de l’alternance historique des systèmes ou de la contradiction interne de l’oeuvre d’art : simple/complexe, harmonie/disharmonie, motivé/non motivé… Cette loi tendrait à correspondre au second principe de la thermodynamique selon lequel les phénomènes évoluent de l’ordre au désordre, de l’harmonie au chaos, de la vie à la disparition.  Une entropie suivit d’une néguentropie et vice versa.

3. La loi de l’interaction dynamique des éléments matériels de l’œuvre d’art. Tout dans l’oeuvre d’art est lié. Et tout action implique une réaction qui elle même appelle une action, ainsi de suite. C’est comme dirait Baudelaire, « les parfums, les couleurs et les sons se répondent ».

De par ses lois, le fait littéraire est un système dynamique en train de se construire. La pratique littéraire et la critique littéraire épousent cette dynamique. Pour Tynianov, la critique a vocation à appréhender l’auteur dans son évolution à partir d’un point particulier (une émotion, un thème, un style, un questionnement…) qui permet de rendre compte de ce procès. Dans « Les principes de la critique chez Tynianov », Jean-Claude Lanne explique que « le produit littéraire peut être apprécié en fonction d’un critère qui en dégage la productivité, ce fameux point principal à partir duquel peut être ressaisi le mouvement de l’œuvre. De ce point de vue, la valeur essentielle que détermine la critique est la valeur d’évolution, la plus ou moins grande adéquation de l’œuvre aux tendances propres du langage poétique ». La loi littéraire évolue selon la logique du conflit, de l’alternance, de l’interaction. Ce qui fait l’évolution du texte. C’est ce dynamisme qu’interroge le critique. Cet intervalle de temps durant lequel on passe d’un principe d’inertie au principe constructif, de l’ancien au nouveau, du matériau au procédé, de la modernité à la post-modernité.

Novikov Vladimir, Weinstein Marc. Les lois naturelles de la littérature. In: Littérature, n°95, 1994. Récit et rhétorique / Tynianov. pp. 65-74

Lanne Jean-Claude. Les principes de la critique littéraire chez Tynianov. In: Littérature, n°95, 1994. Récit et rhétorique / Tynianov. pp. 84-92

 

Consulter aussi

La littérature engagée

Qu’est-ce que la littérature ? Que peut la littérature ?  Pourquoi écrit-on et pour …