images (4)

Mon enfant viens. Prends le banc-là. Assieds-toi. Écoutes. Je vais te parler de la vie et du parcours que tu auras à faire. Écoutes bien. Ouvres bien tes oreilles. Ce que je vais te dire, gardes-le précieusement gravé dans ton cœur. C’est ton trésor le plus précieux. Es-tu prêt. Attends. Vas prendre un cahier et un stylo et puis tu reviens. Ah! te revoilà. Assieds-toi. Notes. Ce que je te dis là, écris même un livre si tu veux. Fais-le. C’est mieux.

Dans la vie, mon fils, sois prompt à tout. Mais surtout recherche la sagesse et prends des décisions mûries. Saches que les mauvaises décisions retardent. Elles te font perdre du temps. Le bien le plus précieux pour toi, ce sera l’art de résoudre les problèmes. Si tu sais comment résoudre tes problèmes, alors moi mon fils, je peux partir tranquille. Saches que la solution est une modification des situations. Si tu n’arrives pas à faire quelque chose, c’est qu’il y a quelque chose que tu n’as pas faite ou que tu as mal faite. La solution, si tu ne la trouve pas, c’est que tu n’y a pas encore pensé. Si tu y a pensé et que ça ne va pas, c’est que quelque chose bloque. Reprends ton cheminement, refais ton parcours pour comprendre. En général, la solution est dans le changement de disposition et dans le changement de situation.

Tu n’es pas seul. Aie un bon coeur. Aide les autres. Car lorsque tu aides les autres, tu t’aides toi-même. Ce que tu fais aux autres est une loi qui servira à juger tes actes. Ne choisis pas le mal. Ne prends pas le parti du mal. Le mal se nourrit de ses enfants.

Je disais que tu n’es pas seul. Il y aura toujours quelqu’un pour t’aider à trouver la solution. Alors sois humble, n’hésite pas à demander comment on fait les choses ou ce qu’il faut faire pour réussir. N’aie pas honte de ton ignorance. Mais ne reste pas ignorant. Aussi, chaque jour apprends quelque chose de nouveau. Je te laisse l’école. Le savoir est dans le livre, mon fils. Lis, connais et agis. Perfectionne-toi. La perfection, comme le savoir, se recherche. Et la solution est dans la pratique.

Intéresse-toi à la politique. Tâches de connaître comment on influence les hommes et comment on gère la cité. Participe à ton destin. Cependant, là où tu es né, il est dangereux de faire la politique. Aussi, connais la constitution pour connaître tes droits et comment participer au destin de ton pays, de ta cité et à ton propre destin. N’oublie pas que nous sommes en démocratie. Et la démocratie c’est la participation de tous au bien commun. Participer, c’est décider, c’est choisir, c’est agir pour le bien de son pays. Ne reste pas indifférent à la politique. Si tu en es indifférent, un groupe d’individus s’en emparera et te fera croire que seul lui est né pour diriger. Ce sera le népotisme, le gouvernement du groupuscule voire de la chose publique par une famille.

Contrairement à ce que l’on te fera croire, saches que la politique est l’art de trouver les solutions au quotidien pour le bien de tous. Car si tu n’œuvres pas pour le bien de tous, tu œuvres pour ton malheur. N’oublie pas fils, ce que tu fais est une loi qui dit voilà comment il faut faire. Si tu œuvres pour le malheur des autres, les autres œuvreront pour ton malheur. N’oublies pas fils, tu n’es pas seul. Et celui qui appliquera la loi de tes actes, n’est pas loin de toi. Appelles-le l’insoupçonné si tu veux. C’est pourquoi, sois sage, pratique le bien. Un bienfait n’est jamais perdu. Et si jamais tu deviens souverain, reste un homme bon qui oeuvre pour le bien de tous. Encore une chose : fais de l’Éternel ta force, au nom de Jésus.

Consulter aussi

Le naufragé et la pirogue

Sur ma pirogue, je suis en pleine mer. Une tempête vient. L’eau est tourbillonnante.…