Héritier de la démocratie

j’ai pas eu le temps de me mettre  assis

pour savoir qu’on pouvait toujours tuer

Regardez la scène :

Des gendarmes encerclent le lieu

Des boums retentissent, des projectiles atterissent sur la foule

Celle-ci court aveugle à la recherche d’un abri douteux

Une femme tombe on lui marche dessus

Chacun veut sauver sa peau au dessus de tout

On tousse, crie, insulte

La flicaille automatiquement attaque les manifestants sans défense

La foule tombe à terre  sans rien faire

Les pions courent, frapppent, tirent, bavent d’appétit

Continuent instinctivement la represaille partie ethnique

Cassent, frappent, attrappent

 

Puisque pour nous on a aucun égard

Puisque pour nous on a aucun regard

Puisque pour nous il n’ y a acune part

Puisque c’est ainsi on va sortir nos dards

 

Ceux qui crient liberté sont tiraillés

Dans l’enceinte d’un palais nommé sans famille

Un à un ils sont tombés pour avoir simplement souhaité la félicité

Dans un paradis au système enférique

où la vertu serait peut-être d’être stoïque

Un mur est tombé, un vent chauffant arrivé

Brûle le voile restant d’une résignation obligée

La masse se découvre nue et marche à la quête du vêtement adéquat

Les gardiens du temple les attendaient en embuscade

On fait pleuvoir, la pluie est fatale

La masse tombe, est tombée

appelant à la résistance

 

Consulter aussi

Disparition et révélation

La disparition caractérise  le fait  de disparaître. Elle se  confond  à un niveau intime …