Le  succès du démantèlement d’une dictature émane de l’un des quatre mécanismes suivants : la conversion, l’accommodement, la capitulation, la désintégration.

La conversion : La lutte nonviolente conduit le pouvoir en place à changer de politique de son plein gré et au nom de la justice.

 L’accommodement : Bien plus souvent, la noncoopération économique ou politique des résistants force les gouvernants à accepter des compromis, ce qu’on appelle l’accommodement.

 La capitulation : Parfois, la défiance et la noncoopération sont si fortes et si habilement ciblées, et les sources du pouvoir du gouvernement tellement affaiblies, que les gouvernants n’ont pas d’autre choix que de capituler : il s’agit alors de coercition nonviolente.

 La désintégration : Dans quelques cas rares, la défiance et la noncoopération sont si massives et les sources de pouvoir du régime si bien anéanties, que le gouvernement chute simplement : il s’agit là d’une désintégration.

Consulter aussi

Textes critiques sur la littérature gabonaise

1. Le roman gabonais des origines à nos jours – Jean Léonard Nguéma Ondo roman_gabon…